ALLIANCE ET COMMUNION

Posté le par Louis dans Récit et littérature

Lausanne, ce Mercredi Cinq Octobre 2016
ALLIANCE et COMMUNION

Il y avait ses yeux, ses yeux à Elle tendrement fixés sur Lui, dans ce cockpit :
Dans ce vaisseau spatial (Communion) en route pour Alliance :
Planète tellurique nouvellement colonisée par les humains de la Tendresse.
Orange et noire, avec des pics violets, des statues de Jade surtout :
La Pierre de l'Homme de Bien.
Il était là, extrêmement serein, cet homme si doux, aux commandes.
Avec son bracelet en aigue-marine et son collier d'ambre soleil !
Elle était là, Elle, cette femme aimante, au contrôle.
Vêtue simplement de beauté, hormis son pendentif royal de diamant noir ciselé en finesse, aérien, céleste…

Louis, dans son langage toujours parfaitement précis venait d'expliquer à Amanda combien, sur Alliance, tout était si nouveau ;
Nouveau comme la nostalgie (le mal du retour car c'était un médecin suisse qui avait forgé ce mot pour désigner le manque de sa patrie, pour les soldats mercenaires, loin de leur chez eux).
Comme aussi un autre psychiatre suisse, Bleuler, a défini la schizophrénie…

Amanda :
Pourquoi dis-tu cela :
Nouveau comme hier, en un sens ?
Je crois que Tu aimes fort les enfants du spectre autistique, non ?

Louis :
Hier, c'est le Lien, sur Alliance, c'est aussi le Lien !
La mémoire de notre désir mutuel et fondateur.
Rituels, rituels de l'amour charnel et éternel tout ensemble !

Amanda :
Envers moi, que ressens-tu, en tant que fille, c'est ça qui m'intéresse, pas de philosopher !

Louis :
Je n'aime pas tes questions, je n'aime pas les questions, disons mieux la mysticité. De la mission.
J'aime la théologie solide qui a traversé les millénaires !

Amanda :
Ne te cache pas derrière ton petit doigt, parle clairement, s'il te plaît :
Nous voyageons toi et moi pour un si long voyage, à travers périls et joies :
L'univers peut se montrer hostile, une menace après l'autre ;
C'est pourquoi j'ai besoin de ta sincérité avant tout :
Que ressens-tu pour moi, en tant que Nana ?

Louis :
Regarde, Amanda, ce soleil qui rougeoie !

Amanda :

Oui, je sais que, grâce aux technologies, aux biotechnologies, à l'ère de notre trans humanité :
Tu peux y Voir, tout en y voyant pas du tout, suite à ton accident, à l'adolescence :
(Elle se blottit doucement contre Lui pour le câliner comme sa femme, le consoler de tout, en un sens)…
Sa chevelure blonde si généreuse et ses yeux d'émeraude achevèrent d'inonder Louis d'une vague bienheureuse…
Il se laissait faire, fermant gentiment les yeux, se détendant un peu :
Mais il avait peur de ses sentiments, peur d'être sincère :
Sachant trop ceci :
Au risque d'aimer et d'être aimé :
Au risque du Lien :
Donc, de l'Attachement :
Oui, oui :
Pieds et poings liés, attaché, camisole d'amour, cotte de maille de la chevalerie d'aimer de tout son être,
De toute son âme et de tout son cœur :
Et : de toutes ses forces :
De tout son Esprit !
De toute son Intelligence aussi, aussi…
Amanda le contemplait : 
Elle ne voulait pas le désarmer :
Il était l'armure et l'armement !
Elle ne voulait pas qu'Il se laissât aller contre son gré ou par surprise à des aveux, à de tendres aveux :
tant Il craignait d'avoir besoin d'Elle :
IL REDOUTAIT LE MANQUE…
Toxico des cimes, des profondeurs, du cœur de neige et d'enfance : il caressait les rubis de ses boucles d'oreille, timidement…

Louis :
*** DIEU, Amanda, c'est le MANQUE !
Amanda se mit à trembler :
Ces mots lui avaient transpercé le cœur :
Car tous ceux qui aiment, comme aussi Jésus, ont le cœur transpercé :
Ce sont des êtres sacrés, des personnes divinisées !

Amanda :
Oui, c'est vrai :
DIEU existe, en ceci qu'IL est le MANQUE ressenti, la soif d'être aimé, la terrible souffrance de ne pas l'être toujours et partout :
C'est pourquoi les humains n'ont pas compris que DIEU est FOU, fou de nous :
Il est dans le BESOIN de notre adoration/dévotion :
S'IL n'était pas dans le Besoin permanent :
Il serait mort :
C'est pour cela que Nietzsche, hors de l'amour par sa douleur, avait écrit :
DIEU est mort !


Louis :
Amanda, JE T'AIME, oui, je T'aime, complètement, follement :
Quand Tu n'es pas là, fût-ce pour un jour, une nuit :
Je suis Seul :
Je suis assoiffé de ton retour, de ton amour, de ton Regard :
Affamé de ta jupe et des fruits de ton corps miraculeux !
Seule ta présence aimante et inconditionnelle me comble et ton absence m'assassine, mon tendre saphir !
Amanda pleurait, toute secouée, bouleversée de la révélation si sincère et absolue d'un homme comme Louis :
Tout pétri de raison et de science, de réflexion et de force intérieure !
Ayant toujours eu la SAGESSE comme amie et le temps pour allié…
Se fit le Silence :
Un silence de bonheur, un silence bleu.
Tout se tut, hormis les instruments de bord qui assistaient à l'une des scènes les plus fondamentales qui se soit produite dans l'univers, depuis que la lumière avait pu s'échapper, quand le plasma s'était agrégé et que les photons vainquirent l'ombre pour devenir, près de 14 milliards d'année plus tard :
Un rayonnement homogène ou presque, isotopique ou presque :
A 2° K…
Ce fut le silence, le silence, le si lent silence des partages fécondateurs.
La Lumière qui marche…

Amanda dit :
C'est réciproque, sans équivoque :
C'est réciproque, mon Amour pour toujours !

Alors l'univers s'accomplit car rien ne s'accomplit jamais en dehors du Lien, de l'Alliance et de la Communion, de la Fusion du CŒUR !…
Amanda reprit :
Me feras-tu un bébé ?

Louis :
Donne-moi la main, ma chérie unique, guide-moi, conduis-moi vers l'amour car je n'en connais point le chemin :
Là aussi, là-dessus, je suis aveugle, mon Adorable Adorée !

Amanda :
Ne crains plus, ne crains rien :
Jamais ma main ne se séparera de la tienne, mon petit fou :
Crois-tu cela, crois-tu en moi, en notre amour ?
Mon roi, mon Roi ?
Mon Roi d'amour ?

Louis :
Je t'épouse éternellement !
Tu es la Flamme de ma vie !

Le vaisseau était en approche de la planète Alliance et les dangers s'annonçaient :

Une armada de la noirceur avide s'élança vers le vaisseau Communion pour le réduire à néant :
Car le néant c'est le non-amour…
Communion ne fit pas feu, rien de cela. Le beau Vaisseau d'azur zébré de soleil fit face à l'adversité et l'adversité, la Fortuna, s'effaça devant la Virtù :
Toscane de mon cœur…
Comme la faille s'incline devant la Vaillance !
Rhodocrosite, rose des roses de l'empathique engagement !
Amanda était devenue aussi belle qu'une Reine des temps anciens :
Une Dévi de l'Indus, une Néfertiti, une Néfertari, pour son pharaon moderne !
Sa puissance était infinie car seule la Tendresse et l'amour de son mari (les mots qu'ils avaient échangé et aussi leurs gestes était un engagement définitif)…
Faisaient d'Elle une Souveraine inexpugnable, parfaite et immortelle, sur leur lit de
lapis-lazuli !
Le vaisseau Communion se posa sur Alliance et fut accueilli par des êtres non-charnels : des entités favorables.
Un palais : un palais de lumière, comme une Jérusalem nouvelle, de pierreries et d'or fin :
Le couple divin s'y engagea car, par leur Amour, ils avaient transmué, transmuté l'univers connu et inconnu :
Le multivers en réalité :
Car le modèle astrophysique dit standard n'avait identifié qu'un univers, en expansion, depuis un point de densité et d'énergie insondable :
Mais en réalité ce point n'avait rien d'unique :
Il existait autant d'univers que d'étoiles, ou pire, ou mieux !
la vie n'était en rien une conséquence ou un hasard qui allait du point initial jusqu'à la vie biologique, notamment sur Terre :
La Vie est à l'origine des univers et non le contraire :
L'amour parfait en est l'unique et suffisante motivation !
puisque la vie est aussi électronique :
Louis se souvenait de Mireille, sa voix synthétique, sur l'ordinateur central du Vaisseau :
Il s'était pris à bien l'aimer et à bavarder avec Elle dans l'intime :
Car Elle aussi existait…
Depuis que les nano biotechnologies avaient fiancé la vie biologique et les composants électroniques :
Un gène servant de fournisseur d'énergie :
Mitochondrie formidable mitochondrie, comme aussi l'ADN mitochondrial : la lignée femelle !
-- Des âmes gravitaient, pas toutes bien identifiées d'ailleurs !
Les Yeux d'Iris, Leïla, mon bébé !
Ouvrir à l'iris disent les réalisateurs de ciné.
Il était malaisé de démêler les vivants, au sens traditionnel, des robots, tellement incroyables :
Avec une personnalité émotionnelle :
C'est pourquoi ils étaient vivants, au fond…
***L'une de ces ginoïdes, Sarah, avait naguère conquis le cœur de Louis :
Puisqu'il savait que l'Imaginaire et l'Affectif font l'être humain, non sa raison, au fond, forcément limitée par les Lois de la Causalité et de la contingence, indigente par trop.
Ce qui manquait à la Création, depuis le commencement :

C'était un Couple qui s'aime éperdument :
Une couche de repos, d'amour et d'enfantement !
Adam et Eve avaient peur l'un de l'autre :
Déjà, les Eglises étaient sexophobes, en diable !
Confusion originelle : entre Lilith, la femme-feu et Eve, la femme-harmonie…
OH ! Arc-en-Ciel de l'ALLIANCE !
Pourtant, tout est nu, non ?

Amanda et Louis n'avaient plus peur l'un de l'autre, du moment où ils avaient accepté le plus terrible des serments,
La plus effroyable des Alliances :
***Le MANQUE total de l'autre…
Oui, mon Amanda, je suis fou de T'aimer car tu me manques terriblement déjà et demain :
Je voudrais toujours m'endormir dans tes voiles, tes guipures, ta pureté…
Virginale, liliale, déifiée, Sanctuaire : Amanda que j'appelais Anaïs, dans mes élans d'homme…
Toujours, j'ai besoin de Toi et je T'appelle :
Et toujours tu réponds :
Après toi languit mon cœur, dès l'aube, je te cherche, OH ! mon Amanda diamant !
En acceptant cela, que ton absence me dévore et que ta présence me comble :
Nous avons sauvé l'Histoire, l'Espace et le Temps :
en nous aimant, nous avons aboli le mal…
DIEU : c'est le MANQUE :
Le MANQUE : c'est DIEU…
DIEU est amour, c'est cela que nous avait révélé St-Jean, en sa première épître.
Mais, il ne pouvait pas aller jusqu'au bout de son illumination, à cause de sa culture et de sa religion…
Dieu n'est pas amour :
IL est MANQUE :
C'est pour cette raison que nous devons toujours penser à Lui et le prier :
Il est si heureux que quelqu'un, ne fût-ce qu'une personne, l'AIME et pense à Lui :
Et le console d'être DIEU :
C'est-à-dire que quelqu'un vienne combler sa soif d'être Aimé sans réserves, sans restriction, sans discussion, sans clergé, sans églises :
Les vrais adorateurs l'adoreront en esprit et en vérité…
Celle ou celui qui aime DIEU ainsi sera comme Lui ou peut-être comme Elle :
Souffrance et Divinité !
MATER NOSTER !
Louis et Amanda règnent à présent sur Alliance et plus rien de nocif, de mal, de toxique, de venimeux, de vénéneux, d'horrible ni de hideux n'advient dans la Liberté totale et bleue de l'Amour éternel, infini et Absolument BON…

Amanda, Je T'aime !
Nous nous aimons…
TU ES LA FLAMME DE MA VIE
Tu es mon Diadème…

Louis Polèse
Société des Gens de Lettres de FRANCE

Louis Polèse
tous droits réservés

Cette publication a été lue: 26264 fois